Komm süßer Tod

,

Nystedt repense ce choral de Bach et propose à chaque voix d’adopter un tempo différent, créant ainsi un écho artificiel.